Généralités Origines


Généralités

Définition

C’est l’ensemble des sentiments d’appréhension, de tension intérieure, et de gêne extérieure, déclenchés par le regard d’autrui.

Beaucoup de moments quotidiens peuvent déclencher de l’anxiété sociale : passer une épreuve (examen oral, permis de conduire, entretien d’embauche…), être le point de mire de l’attention des autres (arriver en retard à un cours, faire un créneau devant une terrasse de café bondée…), être assis à table à côté d’une personne qu’on ne connaît pas et à qui on doit faire la conversation…, exprimer son mécontentement (par exemple au restaurant quand la bouteille de vin est bouchonnée, au cinéma quand son voisin fait trop de bruit…).

Les autres me jugentMauvaise évaluation des situations sociales

L’anxiété sociale est secondaire à un problème d’évaluation des situations sociales, c'est-à-dire que, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, le sujet a l’impression :

  1. que les autres le scrutent et le jugent, quoi qu’il fasse,
  2. que ce jugement est sévère et critique,
  3. qu’il va entraîner quelque chose de négatif.
Anxiété sociale « normale »

Tout le monde, à un moment ou l’autre de sa vie, peut ressentir de l’anxiété sociale, ressentir cette sensation de gêne du regard d’autrui. Ne jamais ressentir d’anxiété sociale est même anormal !

Elle est donc normale et présente chez presque tout le monde, d’intensité variable d’un individu à l’autre. Elle prend, en général, la forme du trac ou de la timidité. Mais elle peut représenter une gêne si elle est trop intense ou chronique. Lorsqu’elle a un impact fort sur le quotidien et sur le vécu du sujet, on parle alors de phobie sociale.

 


Origines

Hérédité

Il existe probablement des facteurs héréditaires chez l’homme : les taux de concordance en matière d’anxiété sociale sont significativement plus élevés chez les « vrais » jumeaux (au même patrimoine génétique) que chez les « faux » jumeaux.

Terrain favorable

Il semblerait qu’il puisse exister un terrain précocement favorable au développement de l’anxiété sociale.

Certains enfants présentent par exemple dès la naissance un tempérament d’hypersensibilité à tout ce qui est nouveau ou inconnu. Ce tempérament est associé à une réactivité excessive du système nerveux sympathique (avec entre autre un rythme cardiaque plus élevé).
Certaines études ont montré que ces enfants auraient tendance à développer plus fréquemment, à l’adolescence ou à l’âge adulte, une symptomatologie de type phobie sociale.

Anxiété socialeFacteurs acquis

Même si des facteurs héréditaires existent, certains facteurs liés à l’environnement contribuent au développement du trouble :

  1. certaines éducations où on attire trop l’attention des enfants sur la méfiance vis-à-vis de ce qui est inconnu ou non familier ;
  2. des modes de vie familiaux repliés sur eux-mêmes, des parents eux-mêmes inhibés ou timides, le fait d’être enfant unique ou l’aîné semble augmenter légèrement le risque ;
  3. des éducations dévalorisantes ou critiques envers l’enfant et ses compétences.