Médecin traitant Outils diagnostiques Recherche des comorbidités Médecin psychiatre Approche pluridisciplinaire


diagnostic du médecin traitantMédecin traitant

C’est le plus souvent le médecin traitant qui est sollicité en premier et doit faire le diagnostic de trouble anxieux.

Il devra identifier avec précision la nature du trouble anxieux et son retentissement sur la vie du patient et initier un traitement médicamenteux adapté. Il pourra orienter le patient vers un psychiatre dans les formes sévères et résistantes ou pour initier une prise en charge en thérapie comportementale.

 


Outils diagnostiques

Le diagnostic de trouble anxieux est un diagnostic purement clinique, il n’y a pas d’examen biologique ou d’imagerie permettant le diagnostic de trouble anxieux.

Cependant, les troubles anxieux pouvant se présenter avec des signes d’appel variés, l’interrogatoire et l’examen clinique peuvent être complétés par des examens complémentaires pour éliminer une pathologie organique (cardiaque, pulmonaire, endocrinienne, neurologique, ORL, digestive…).

 


Recherche des comorbidités

Le médecin devra également rechercher des comorbidités (c’est-à-dire des troubles associés) particulièrement fréquentes dans le cas des troubles anxieux.

La comorbidité est l’existence ou l’apparition d’un autre trouble au cours de l’évolution d’une maladie.

La présence de comorbidité, comme par exemple une dépression associée, peut aggraver le trouble anxieux et doit pour cela être détectée et traitée.

 


Médecin psychiatre

médecin psychiatre

Bien que le médecin généraliste soit le plus souvent sollicité en premier, le psychiatre doit être plus particulièrement sollicité dans les situations suivantes :

  1. la présence d’un syndrome dépressif associé avec un risque de suicide ;
  2. une difficulté diagnostique ;
  3. la présence de symptômes sévères ou complexes (association de différents troubles anxieux) ;
  4. une forme récidivante, résistante au traitement, ou une forme chronique évoluant depuis longtemps ;
  5. un patient abusant ou dépendant de psychotropes, en particulier de tranquillisants, ou d’alcool ;
  6. un trouble de personnalité associé ou des symptômes psychotiques ;
  7. la nécessité d’une prise en charge en thérapie comportementale.

Dans ce cas, la coopération entre psychiatre et médecin traitant est essentielle tout au long de la prise en charge.

 


Approche pluridisciplinaire

D’autres professionnels peuvent être impliqués dans la pris en charge :

  1. psychologues, infirmière,
  2. médecin du travail,
  3. médecin scolaire,
  4. urgentistes,
  5. services sociaux,
  6. services médico-éducatifs…